24 avril 2018 – Conférence-midi : « Bosnie-Herzégovine : entre nationalisme et islamisme »

Lieu et heure :

Mardi le 24 avril, de 12h15 à 13h30

Salle Jean-Chapdelaine, 1er étage

Ministère des Relations internationales et de la Francophonie

525, boulevard René-Lévesque Est, Québec

Coût : Gratuit pour les membres du Cercle / 5 $ non-membres / 10 $ adhésion annuelle au Cercle

 

Thème :

Les historiens se souviendront de Sarajevo pour la Première Guerre mondiale et les militaires, incluant ceux du Royal 22ième Régiment, pour les opérations couteuses menées dans les années 1990. Le retour à la paix dans les Balkans et l’entrée dans l’Union européenne des ex-Républiques yougoslaves de Slovénie et de Croatie pourraient laisser croire que tout est redevenu « normal » dans ce petit coin de l’Europe.  L’International Crisis Group publiait cependant en 2013 un papier résumant les défis encore existant en Bosnie-Herzégovine : « Bosnia’s Dangerous Tango : Islam and Nationalism » . Vingt-deux ans après les accords de paix de Dayton et la création de la République fédérale de Bosnie-Herzégovine, le pays demeure embourbé dans une impasse constitutionnelle permanente et des gouvernements dysfonctionnels, mais aussi doté d’un potentiel économique enviable et sous-estimé. La présence de milliers de moudjahidin dans les années 1990, l’importance de la communauté musulmane dans la politique bosniaque et l’appui financier majeur de pays islamique à la reconstruction du pays ajoute à l’environnement. Pour le Québec, le souvenir de certains soldats de Valcartier, l’intérêt potentiel d’entreprises québécoises pour les capacités d’hydro-électricité et minières de Bosnie, tout comme les milliers de réfugiés maintenant bien intégrés dans la société, fait en sorte qu’il est utile de jeter un coup d’œil rapide à la Bosnie-Herzégovine en profitant de l’expérience de notre conférencier.

Conférencier: M. Pierre Guimond

Ancien ambassadeur du Canada en Hongrie, en Slovénie et en Bosnie-Herzégovine, Pierre Guimond était, jusqu’à son affectation comme diplomate en résidence à l’Institut des Hautes études internationales de l’université Laval en septembre 2017, ministre-conseiller et chef du Service de politique étrangère de l’Ambassade du Canada à Paris. Il a commencé sa carrière professionnelle en 1979 au ministère des Affaires intergouvernementales du Québec où il a œuvré dans le domaine des relations fédérales-provinciales, incluant une affectation de cinq ans au Bureau du Gouvernement du Québec à Toronto. Il s’est joint au Service extérieur canadien en 1987. Il a également servi aux ambassades canadiennes à Prague, Bonn et Vienne. À l’administration centrale à Ottawa, il a exercé des fonctions de chargé de dossier au sein de la Direction de l’analyse politique et stratégique et de la Direction des relations avec l’URSS et de l’Europe centrale et de l’Est. Il a été directeur adjoint, Direction de l’Union européenne ainsi qu’adjoint ministériel principal du ministre des Affaires étrangères, Bill Graham. Successivement directeur des directions de l’Union européenne, de l’Europe de l’Est et des Balkans et de la Planification des politiques, Monsieur Guimond a aussi exercé des fonctions de conseiller au Secrétariat de la politique étrangère et de la défense du Bureau du Conseil privé. M. Guimond est diplômé en science politique de l’Université Laval (1979) et auditeur de l’Institut des Hautes études en défense nationale (Paris, 2016).

 

24 avril 2018 - Conférence-midi: Bosnie-Herzégovine : entre nationalisme et islamisme

 

Verification

 
Partagez avec vos contacts










Submit