28 mars 2013 – Quels défis pour le droit international du travail à l’heure de la mondialisation?

Lieu et heure : Le jeudi 28 mars 2013 De 12h15 à 13h30 Salle 4.22, 4e étage Ministère des Relations internationales, Francophonie et Commerce extérieur 525, boulevard René-Lévesque Est Coût : 5$ / gratuit pour les membres Thème Le droit international du travail est né à la fin de la Première Guerre mondiale. Il a pour objectif de maintenir une paix universelle et durable à travers la réalisation de la justice sociale, de protéger efficacement les travailleurs contre l’exploitation et d’instituer des règles minimales permettant d’établir une concurrence économique juste et équitable entre tous les États. De ce fait, il vise également à inspirer la législation nationale d’États soucieux de réguler les rapports de travail sur leur propre territoire.   Si la raison d’être du droit international du travail demeure hautement pertinente, la multiplication des acteurs en cause (organisations internationales et régionales, États, entreprises transnationales, ONG), combinée au phénomène actuel de la mondialisation.

14 mars 2013 – Histoire de la diplomatie : les relations entre les États à l’époque moderne (XVIe – XVIIIe siècle)

Lieu et heure : De 12h15 à 13h30 Ministère des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur Salle Jean-Chapdelaine, 1er étage 525, boulevard René-Lévesque Est, Québec Coût : 5$ / gratuit pour les membres Thème La guerre semble marquer l’Europe des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Pensons simplement que le continent ne connaîtra que deux années de paix complète dans les années 1600, soit en 1669 et 1670. Omniprésence des conflits ne veut toutefois pas dire constance dans les conflits. Les raisons provoquant les heurts entre les États évoluent au fil des années. Les tensions dynastiques cèdent progressivement la place aux affrontements religieux, puis aux confrontations commerciales. Ces guerres multiples semblent rendre dérisoires les efforts des puissances européennes en faveur de la paix. Paradoxalement, l’époque moderne, dominée par des conflits incessants, voit les pratiques diplomatiques se structurer, les initiatives en faveur d’une paix universelle se multiplier. Cette présentation.

07 mars 2013 – De l’exception à la diversité culturelle. Un enjeu au cœur d’une bataille planétaire : origines, acteurs, débats, stratégies québécoises et canadiennes. Témoignage et explications d’un acteur privilégié.

Lieu et heure : De 12h15 à 13h30 Ministère des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur Salle Jean-Chapdelaine, 1er étage 525, boulevard René-Lévesque Est, Québec Coût : 5$ / gratuit pour les membres Thème L’adoption de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l’UNESCO, que le gouvernement du Québec a été le premier à appeler de ses vœux en 1999, et qui a été adoptée en 2005, pourra être interprétée par les historiens comme le résultat logique et attendu face à un contexte qui la nécessitait. Pour les acteurs qui ont participé à ce processus, et qui participent maintenant à la mise en œuvre de cette convention, cette rationalisation a posteriori ne peut épuiser la complexité des relations institutionnelles, des jeux de pouvoir, du rôle des experts et de l’enchevêtrement des intérêts dont cette surprenante réalisation, sous bien des.

Partagez avec vos contacts










Submit